mineurs_isolés

Ces examens médicaux sont censés permettre de déterminer l’âge des mineurs non accompagnés, afin qu’ils puissent bénéficier, ou non, de l’ASE délivrée par les conseils départementaux. Ces tests s’effectuent, au moindre doute, sur réquisition du procureur. Mais si ces radiographies sont les seuls outils proposés, leur fiabilité est contestée par l’ensemble de la communauté médicale. Dans cette cacophonie générale, le docteur Deseur appelle les différentes parties à prendre quelques précautions.

Paru le 8/10/2018 dans La Gazette des communes

Quels éléments doivent alerter les éducateurs mandatés par l’ASE pour éviter les tests osseux systématiques ?


Pour rechercher l’âge d’un mineur isolé étranger, le seul élément objectif dont les éducateurs disposent est l’état civil ! Ils peuvent être alertés par un document falsifié ou utilisé à mauvais escient… Mais concernant l’apparence physique, pour émettre un avis, il faut des connaissances médicales. Je ne pense pas qu’un éducateur en ait. Et je serai scandalisé d’apprendre que l’un d’eux a viré le slip d’un jeune pour apprécier sa puberté. Quant à la voix… Je ne crois pas que le contre-ténor Philippe Jaroussky soit mineur, même si ses aigus sont similaires à ceux d’un enfant de 8 ans ! De même, le faciès est très changeant ; pareil pour le développement mammaire… Autour de 18 ans, les marges de variabilité sont extrêmement importantes ! 
Concrètement, les critères physiques à la disposition des éducateurs ne valent pas grand-chose.

Si la communauté médicale s’accorde à dire que les tests osseux sont inefficaces, quelles sont les précautions à prendre lorsqu’ils sont tout de même effectués ?

Le médecin qui établit le compte rendu de ces tests doit indiquer à quelle table il se réfère pour l’indication de l’âge osseux. Il doit impérativement noter la marge d’erreur ! Et s’assurer que le jeune était consentant, quitte à faire appel à un interprète… 
C’est difficile, car nous savons que la recherche de l’âge osseux autour de 18 ans, cela ne vaut pas tripette. La marge d’erreur se compte en années, c’est ridicule. 
Les tables de Pyle ont été conçues pour examiner des gamins de 15 ans qui ne présentaient aucun signe de puberté, et se basent sur la morphologie d’enfants d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord. Là, nous les utilisons pour des cas totalement inverses, et sur des populations d’origines africaine et asiatique, qui, en moyenne, ne présentent pas les mêmes types d’âge osseux.

Vous êtes la seule partie prenante à tirer la sonnette d’alarme. Pensez-vous que les conseils départementaux et les représentants de l’autorité devraient prendre leurs responsabilités ?

Je n’ai pas qualité, en tant que médecin, de dire qui devrait être plus responsable ou pas… Néanmoins, il n’est pas rare que l’on essaie de se défausser de ses responsabilités en se reposant sur celles du médecin. 
Le recours à l’âge osseux donne l’illusion d’une fiabilité, et il est toujours plus simple de demander un test et de statuer sur un document… D’autant plus que s’il y a réquisition du procureur, le médecin n’a pas le droit de refuser ! Il risquerait des poursuites pénales. Donc tout le monde reste dans la facilité. 
Il faut dire que ce sont des décisions lourdes à prendre, mais c’est aussi le rôle des institutions que sont le conseil national de l’Ordre des médecins, le Comité consultatif national d’éthique, l’Académie de médecine ou encore le Défenseur des droits…
radio os

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *